Mozart sur les traces de Bach

Du 31 mars au 14 avril, 200 musiciens, étudiants et professionnels, européens et palestiniens célèbrent Mozart. Dix-neuf évènements : conférences, ateliers, concerts et un opéra ont lieu à Béthléem, Jérusalem, Naplouse et Ramallah.

JPEG

« Le choix de Mozart s’est imposé, explique John Harte cofondateur du Choeur de Londre. Ses compositions sont extrêment variées et il fait partie des “génies universels” au même titre qu’Einstein, Leonard de Vinci, Ibn Khaldun... Mais il y a aussi un lien plus direct entre Mozart et la zone : il était fasciné par le Moyen-Orient et des motifs orientaux sont présents dans plusieurs de ses oeuvres.”
John Harte aussi est attaché à la région. De 2002 à 2004, il était directeur-adjoint à l’Institut Kenyon de Jérusalem et il chantait alors avec le Chœur de Jérusalem. C’est lui, qui, en 2004, organise la venue d’une cinquantaine de musiciens anglais et allemands pour le « Palestine Bach Festival ».
Ce Festival Mozart est le résultat de quatre années de partenariat entre le Choeur de Londre et des organisations locales : l’Association Al-Kamandjâti, le conservatoire de musique Edward Said et l’organisation “Nablus the Culture”. Les musiciens palestiniens et européens joueront ensemble. Cinquante musiciens et chanteurs du Choeur de Londre se déplacent pour l’occasion ainsi que six musiciens allemands de la “Junge Deutsche Philarmonie Orchester”, dont la venue est organisée par l’Institut Goethe. Enfin, le Centre culturel français a invité la soliste palestinienne Dima Bawab, qui vit actuellement à Paris, et la flutiste française Jane Mitchell.
“Je suis tout à fait conscient que la représentation de la Flûte Enchantée ne va pas améliorer la vie des Palestiniens, reconnait John Harte. Mais j’espère néanmoins qu’un tel festival peut être utile au paysage musical en Palestine, qu’il contribuera à renforcer le lien des musiciens palestiniens, continuellement isolés par l’occupation, avec leurs confrères dans le monde et que la communauté internationale reconnaîtra le travail de nos partenaires locaux. Surtout, j’espère que cela créera une série d’évènements mémorables pour le public et les musiciens.”

interview de Saleem Abboud Ashkar

palestinemusicfestival

site officiel du Choeur de Londres

L’association Al Kamandjati

birzeit.edu

publié le 05/06/2007

haut de la page