La France et l’UNICEF s’engagent pour renforcer la santé maternelle et néonatale à Gaza

JPEG

Le 26 février 2020, l’Agence française de développement (AFD) et l’UNICEF ont signé, sous le patronage de la ministre de la Santé, May Kaileh, et en présence du Consul général de France à Jérusalem, René Troccaz, une convention de subvention de 10,9 millions d’euros destinée à financer un projet d’amélioration de la santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile à Gaza.

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) étaient représentés lors de la séance de signature, en tant qu’interlocuteurs de l’AFD et de l’UNICEF, en charge de la mise en œuvre de certaines composantes du projet.

Afin de répondre aux besoins spécifiques des mères et des enfants, ce projet, né d’un partenariat entre l’Agence française de développement, le Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l’UNICEF, fournira les ressources nécessaires aux nouveau-nés pour grandir en bonne santé. Il permettra également d’assurer la pérennité de l’assistance vitale pour les nouveau-nés les plus vulnérables et leurs mères dans la bande de Gaza.

L’intervention de la France dans le domaine de la santé à Gaza est prioritaire car le système de santé à Gaza a été mis à rude épreuve. L’afflux de personnes blessées a entraîné une détérioration de la qualité des soins accordés aux mères et à leurs enfants, qui sont souvent renvoyés des hôpitaux trop tôt. La continuité des soins octroyés aux nouveau-nés et à leurs mères est mal assurée.

Le projet comprend trois composantes majeures :

  • En premier lieu, il vise au renforcement des services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile, avec une approche sensible au genre. Cette composante ciblera la mise à niveau de l’offre avec des réalisations telles que la rénovation des infrastructures, l’acquisition d’équipements et de médicaments, la formation du personnel soignant, l’harmonisation du système d’information, la délivrance d’un paquet de soins holistique (santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile, mais aussi santé mentale, détection du cancer de l’utérus et du sein, diabète gestationnel).
  • Deuxième composante, la sensibilisation de la population de Gaza aux enjeux de genre en vue d’améliorer la santé des femmes et des enfants et de favoriser l’autonomisation des femmes. Les thématiques abordées incluront la santé de l’enfant et son développement cognitif et affectif, la parentalité positive, la santé sexuelle et reproductive.
  • La troisième composante se concentre sur l’amélioration de la préparation et de la réponse à l’urgence afin de garantir une offre de soins continue en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile. Les activités prévisionnelles comportent entre autres la révision du plan de préparation à l’urgence du ministère, le pré-positionnement de médicaments essentiels et consommables d’urgence, la formation du personnel soignant sur un paquet de soins minimal en matière de santé sexuelle et reproductive en cas de crise.

publié le 02/03/2020

haut de la page