Situation humanitaire

La situation humanitaire dans les Territoires palestiniens se caractérise par une occupation prolongée, et le non-respect des obligations liées au droit international, notamment le droit international humanitaire et l’obligation par la puissance occupante de fournir les services de base à la population occupée.

De plus, la fragmentation toujours plus importante du territoire continue d’affecter la vie quotidienne des Palestiniens. Les Territoires palestiniens sont soumis à plusieurs régimes d’administration différents : régime mixte d’autonomie et d’occupation en Cisjordanie (zones A et B), régime d’administration directe à Jérusalem-Est et en zone C par les autorités israéliennes, zone totalement enclavée à Gaza, soumise à blocus strict et administrée par le gouvernement du Hamas non reconnu par la communauté internationale.

L’aide humanitaire, l’appui à la société civile et la coopération décentralisée constituent ainsi des domaines clés de coordination et d’intervention du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) du Consulat Général de France à Jérusalem. L’action du Consulat Général de France à Jérusalem se porte principalement sur les zones les plus vulnérables que sont Jérusalem-Est, la bande de Gaza et la zone C en concentrant son action sur plusieurs groupes particulièrement fragiles : femmes, enfants et population bédouine.

Dans le cadre de la coopération humanitaire, le SCAC veille à informer et orienter les services du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (Centre de Crise, Direction des Nations Unies, des organisations internationales, des droits de l’Homme et de la francophonie) pour coordonner l’assistance humanitaire française avec les bailleurs et les acteurs clés -notamment les agences des Nations Unies - sur le terrain.

Le Consulat général de France est également engagé dans le soutien de la société civile Palestinienne, à travers le renforcement des capacités des organisations palestiniennes travaillant auprès des populations vulnérables. Grâce à ce soutien, le SCAC crée des relations durables avec de nombreuses organisations et acteurs de la société civile, et s’inscrit au cœur d’un réseau d’organisations palestiniennes, françaises et internationales.

Concernant la coopération décentralisée, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international appuie une politique de partenariats avec les collectivités territoriales françaises et palestiniennes. Le principal vecteur de financement est le Fonds conjoint franco-palestinien, piloté par la Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales (DAECT) du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international en partenariat avec le Ministère du Gouvernement Local palestinien.

Le SCAC veille par ailleurs à l’articulation de ses interventions avec celles de l’Agence Française de Développement (AFD), essentiellement ciblée sur des actions dans les domaines de la gestion de l’eau, du développement municipal, de l’appui au secteur privé et de la gestion de l’énergie, dont l’efficacité énergétique.

publié le 20/07/2017

haut de la page