Coopération universitaire et scientifique

Retrouvez ici l’appel à proposition "Al Maqdisi" : https://jerusalem.consulfrance.org/Cooperation-scientifique-programme-Al-Maqdisi

La coopération universitaire vise à développer la mobilité étudiante et les échanges académiques d’excellence entre la France et la Palestine, dans les principales disciplines. Elle s’appuie sur un programme de bourses du gouvernement français, des projets de recherche scientifique conjointe (programmes "Al Maqdisi") et un dispositif d’appui à la mise en œuvre de partenariats entre universités françaises et palestiniennes.

1. La promotion des études en France

PNG

Informer les jeunes palestiniens sur les multiples possibilités d’études supérieures que propose la France, en langue française mais aussi en langue anglaise, est au cœur de la mission de la coopération universitaire.

4ème pays d’accueil des étudiants étrangers, 3ème pays le plus innovant au monde, la France offre une qualité exceptionnelle de formation, qui s’appuie sur un réseau d’universités publiques, de grandes écoles et d’établissements privés de renommée internationale.

La France offre l’un des coûts de frais d’inscription universitaire les moins élevés au monde.

Le bureau d’information Campus France Palestine, situé à Naplouse, se tient à la disposition des étudiants francophones et anglophones intéressés : naplouse@campusfrance.org, +972 9 238 59 14

2. Un dispositif dynamique de bourses

JPEG

Pour les étudiants qui ne partent pas par leurs propres moyens, le Consulat général ouvre chaque année à la candidature (dépôt des dossiers entre décembre et février) des bourses gouvernementales. Près de 50 étudiants palestiniens bénéficient actuellement de telles bourses pour suivre des études en France (dont 1/3 d’étudiants en troisième cycle). Ces étudiants ont vocation, à leur retour, à contribuer au renouvellement des cadres et du corps enseignant palestiniens.

Une partie de ces bourses sont cofinancées par des collectivités territoriales françaises (la région Occitanie et des villes telles que Besançon, Cergy-Pontoise, Gennevilliers, Gières, Lille, Toulouse..) et des universités françaises (Paris 11, Paris 6, Lille, Franche Comté…) et palestiniennes (Al Quds et An Najah).

3. Des actions de coopération universitaire articulées autour plusieurs grands axes

  1. 1. Le droit et l’administration publique, domaines structurants dans le cadre de la construction de l’Etat palestinien. Ainsi la France qui a contribué à la mise en place de la faculté de droit et d’administration publique de Birzeit (projet FSP achevé en 2012) prolonge désormais cette coopération au travers d’un consortium ad hoc d’une dizaine d’universités et IEP français, piloté par Paris 1. Des partenariats dans le domaine du droit et des sciences politiques sont également actifs avec les universités An Najah et Al Quds.
  1. 2. La médecine, autour du partenariat noué entre l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC Paris 6) et des universités palestiniennes (Al Quds de Jérusalem et An-Najah de Naplouse). Ce programme permet à des médecins palestiniens de venir compléter leur formation par un troisième cycle dans des laboratoires français (formation d’un corps d’enseignants qualifiés). Ils s’engagent, après leur doctorat, à revenir enseigner en Palestine
  1. 3. Les sciences, pour répondre aux besoins enregistrés dans ce domaine dans les universités palestiniennes. Des coopérations sont notamment menées dans le domaine des mathématiques (organisation d’ateliers avec Paris 13 et de sessions d’enseignement dans les universités de Birzeit et An Najah), des sciences physiques (la collaboration engagée entre l’université An Najah, Paris 11, le Cern et le CNRS a permis la tenue à l’automne 2016 d’un premier atelier de physique, qui sera suivi d’autres éditions) et de la biologie (projet PalBioSyst fédérant établissements français et palestiniens, soutien au Museum d’histoire naturelle de Palestine).
  1. 4. La construction environnementale et l’architecture/patrimoine, autour de programmes associant les départements d’ingénierie et d’architecture de l’université An Najah de Naplouse, ainsi que le département d’informatique de l’université de Jénine (projet « Hyperheritage » de mise en image numérique de bâtiments remarquables de Palestine).
  1. 5. L’enseignement supérieur technique et professionnel, au travers notamment du soutien apporté par la coopération française à l’association Medlink. Trois projets sont ainsi menés par Medlink en Palestine : la formation en maintenance automobile dans le cadre du programme européen Tempus Code ; la remise à niveau du laboratoire d’automatisme industriel de l’université polytechnique de Tulkarem, en association avec la fondation Schneider ; des formations en informatique industrielle.
  1. 6. La formation des fonctionnaires palestiniens fait l’objet d’un projet spécifique « soutien à la création d’une école nationale palestinienne d’administration », lancé en 2012 (d’un montant de 800 000 €) et qui a débouché en 2016 sur le lancement de la première promotion. L’effort se poursuit aujourd’hui.

4. Le développement de partenariats de recherche franco-palestiniens

PNG

Les programmes « Al-Maqdisi » (déclinaison palestinienne des partenariats de recherche Hubert Curien), sont l’instrument privilégié de la coopération française dans le domaine de la recherche en Palestine. Au nombre d’une dizaine actuellement ouverts - dans des domaines aussi divers que la microbiologie, la pharmacie, les télécommunications, la construction…- ils ont la particularité d’être intégralement financés par la partie française (MAEDI et MENESR).

C’est un instrument assez unique dans le paysage palestinien, particulièrement apprécié par nos partenaires et qui favorise le développement de liens directs entre équipes de recherche françaises et palestiniennes.

5. Un réseau de diplômés palestiniens qui se renforce

Depuis octobre 2015, la Palestine est connectée à la plateforme France Alumni (https://www.francealumni.fr/fr/poste/palestine). Elle a été l’un des premiers pays de la région à le faire. Cette initiative est menée grâce au soutien et au relais de l’association des Palestiniens diplômés en France « Al Rafic », lancée fin 2014.
PNG

PNG

Pour tous renseignements sur les actualités de cette coopération : https://jerusalem.consulfrance.org/-Actualites-de-la-cooperation-universitaire-et-administrative-?var_mode=calcul

Pour consulter les archives liés à la coopération universitaire et scientifique : http://www.consulfrance-jerusalem.org/-Archives,305-

publié le 06/07/2017

haut de la page