Cérémonie de mise en service de la station NGEST à Gaza (13 mars 2018)

En dépit de l’attentat ayant visé son cortège sur la route le conduisant vers le site [lien vers la déclaration du département], la participation du Premier ministre Rami Hamdallah, accompagné du Chairman de la Palestinian Water Authority [lien vers le site de la PWA], le ministre Mazen Ghoneim, entourés de leurs partenaires institutionnels, parmi lesquels le Vice-Président ANMO de la Banque mondiale Hafez Ghanem, marque l’importance de ce projet pour l’Autorité palestinienne et la population de la bande de Gaza. Accompagné de la directrice Méditerranée de l’Agence française de développement (AFD) [lien vers l’article mis en ligne par l’agence], le Consul général a assisté à cette cérémonie, de même qu’un certain nombre d’autres chefs de mission diplomatique à Jérusalem et Ramallah et de l’adjoint au représentant de l’Union européenne à Jérusalem qui s’est exprimé au nom des Etats membres.

Cette cérémonie a permis de marquer la fin des travaux et la mise en service de NGEST, la North Gaza Emergency Wastewater Treatment Plant, (la station de traitement des eaux usées de la partie nord de Gaza) projet d’une ampleur inédite dans le territoire. Son achèvement marque un développement majeur pour les habitants du nord de la bande de Gaza, dans le contexte humanitaire et politique qu’ils affrontent.

Il aura fallu 13 ans, près de 73 millions de dollars, dont 19,2 millions versés par la France (en subvention) via l’AFD, et la mobilisation de tous pour que la PWA puisse mettre en fonctionnement cette station.

Mais l’aventure n’est pas terminée : dans le contexte de crise énergétique que traverse la bande de Gaza, le fonctionnement de cet ouvrage va exiger de l’énergie : 3 MW dès aujourd’hui, 6 MW à terme. Pour assurer le fonctionnement de ses installations, la mobilisation de tous restera donc nécessaire.

PNG
© Frédéric Maurel / AFD

publié le 28/03/2018

haut de la page