Cérémonie de clôture des chantiers de Taybeh

Depuis 7 ans, le réseau culturel du Consulat général de France est impliqué dans les recherches archéologiques et la restauration de monuments historiques dans le village chrétien de Taybeh, à une vingtaine de kilomètres de Jérusalem et de Ramallah.

JPEGPour clore le premier chantier de jeunes bénévoles organisés conjointement par l’organisme palestinien RIWAQ pour la restauration du patrimoine et l’association française REMPART, une cérémonie a réuni dimanche 29 juillet autour des autorités de la ville, un représentant de la délégation européenne, l’attaché culturel Robert Horn, le directeur de l’ONG RIWAQ Nazmy Jobeh, la représentante de REMPART Marie-Georges Pagel-Brousse, le sculpteur Jean-Loup Hanquart de l’association angevine Saint-Jean des Quatre couronnés, ainsi que de nombreuses personnes et une cinquantaine de jeunes volontaires palestiniens, français et belges.

JPEGCette première campagne internationale de restauration d’un ensemble de maisons du 19e siècle en calcaire blanc vise à établir une école de taille de pierres pour la restauration du patrimoine, ainsi qu’un petit musée pour exposer les pièces mises au jour par les fouilles de l’église Saint-Georges, au lieu-dit Al-Khader.
Au même moment prenait fin la campagne de fouilles et de restauration de l’église sous la direction de l’archéologue Vincent Michel de l’Université de Poitiers.

JPEGLe succès de ces premiers chantiers de jeunes devrait permettre leur renouvellement l’an prochain et l’école de taille de pierres devrait pouvoir participer au travail de restauration de l’ensemble du Khader : les ruines d’une église byzantine avec une nef croisée où des familles chrétiennes de la région viennent encore prier.

JPEG

publié le 06/09/2007

haut de la page