Célébrations de la fête nationale sur fond de victoire au Mondial (14-15 juillet 2018)

Comme chaque année, le Consulat général a célébré la fête nationale à Jérusalem. Les célébrations ont débuté le samedi 14 juillet par une messe consulaire au domaine national de la basilique de Ste-Anne, dans la Vieille ville de Jérusalem. Renvoyant au discours prononcé par le Président de la République le 9 avril dernier devant les évêques de France au collège de Bernardins, l’homélie du Père Jean-Claude Maingot, moine cistercien du Monastère de Latroun (sous protection française) a permis de revenir sur l’importance de la laïcité à la française et sur la conformité à cette dernière du rapport entretenu par la République avec les Eglises en Orient, y compris dans son rôle de protection d’un certain nombre de communautés chrétiennes à Jérusalem, en Palestine et en Israël.

A l’issue de la cérémonie, une réception était organisée dans les jardins du domaine national en présence de très nombreux invités : membres du gouvernement palestinien, représentants des institutions, des forces politiques palestiniennes, de personnalités de la société civile et du monde économique palestiniens, de dignitaires religieux, du corps diplomatique, de membres des organisations internationales, des ONG (françaises, palestiniennes, israéliennes), de la presse…

Le dimanche 15 juillet, une autre réception a rassemblé à l’invitation du Consul général et de son épouse dans les jardins du Consulat général un public notamment constitué de membres de la communauté française inscrite dans la circonscription consulaire. Avant la célébration proprement dite, le Consulat venait ce soir-là d’accueillir de nombreux supporters – compatriotes, amis israéliens et palestiniens, diplomates, journalistes… - venus encourager les Bleus et applaudir leur victoire face à la Croatie en finale de la coupe du monde de football dans une atmosphère festive et conviviale. Cette atmosphère s’est prolongée durant la réception grâce notamment à l’interprétation qu’a donnée avec brio, cette année encore, Eden Holan [http://www.edenholanmusic.com/french] de grands classiques de la chanson française. Merci à elle comme aux sponsors qui ont permis l’organisation de ces deux soirées.

Dans ses allocutions à Sainte-Anne comme à Botta, le Consul général a tenu le même langage. Il a rappelé l’importance de la question de Jérusalem, illustrée par l’année écoulée. Il a souligné que les décisions unilatérales prétendant prendre acte de la réalité ne faisaient qu’ignorer cette dernière, en même temps que le droit, et ne pouvaient contribuer à la paix. Il a rappelé l’engagement de la France à promouvoir la reprise de négociations sur la base des paramètres agréés, pour construire une paix fondée sur deux Etats, Israël et la Palestine, ayant l’un et l’autre leur capitale à Jérusalem. Il a rappelé l’engagement de la France en faveur de l’exercice par le peuple palestinien de ses droits légitimes et évoqué les souffrances subies par ce peuple. Il a en outre rendu hommage à l’action des ONG françaises et internationales à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem et a réitéré son soutien aux habitants du village de Khan Al Ahmar. Le Consul général a rappelé en même temps l’attachement de notre pays à l’existence et à la sécurité d’Israël et son engagement ferme à lutter contre toute forme d’antisémitisme ou de négation de la Shoah.

Devant les invités palestiniens, plus nombreux à Sainte-Anne, le Consul général est revenu aussi sur l’actualité et les perspectives proprement bilatérales. Devant les compatriotes réunis à Botta, en majorité liés à Israël, il a rappelé l’attachement du Consulat général à entretenir la relation avec la communauté française présente dans sa circonscription. Et cela même si une partie de nos ressortissants pouvaient avoir des désaccords avec notre diplomatie – ce qui n’avait rien de choquant en soi tant que ces désaccords s’exprimaient de façon civilisée et respectueuse de chacun - et même s’il fallait se garder de tout malentendu sur les fonctions du Consulat général qui n’avait pas vocation à se substituer aux élus pour représenter nos compatriotes.

Dans le domaine national de Ste-Anne
JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

Rue Botta

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

publié le 16/08/2018

haut de la page